3 – En France, ce qui n’est pas (encore) centre relais

Plusieurs services innovants concourent en France à l’autonomie des personnes sourdes ou malentendantes, et sont liés à l’outil téléphonique. Mais si l’on considère les centres relais pour garantir l’accessibilité téléphonique, leurs enjeux sont à distinguer surtout lorsque la technologie utilisée pour les centres relais permet également le développement de solutions d’accessibilité.

3-1 – L’accessibilité à distance : WebSourd et RISP en ligne

François Goudenove, président directeur général de WebSourd

« WebSourd a été agréé en Février 2004, en tant que société coopérative d’intérêt collectif. Depuis cet agrément, la coopérative WebSourd a déployé un ensemble de services d’accessibilité à l’attention des sourds ainsi que de contenus sur le site websourd.org. Grâce aux technologies de l’internet et du multimédia, et aussi grâce à une logique de partenariat active, WebSourd a pu mettre en place différents services répondant à de réels besoins et favorisant la relation des sourds avec l’environnement institutionnel ou professionnel.

Il s’agit :

  • d’un service de mise à disposition, en ligne, de traductions en langue des signes, de documents écrits ou de certains messages. Il permet une autonomie pleine et entière de la personne sourde sans passer par une tierce personne (voisin, parents, amis…). Il est déployé auprès de plusieurs structures dont plusieurs mairies (Toulouse, Blagnac, Fougères, Montpellier etc …)
  • d’un service de colloques accessibles. Ce service, également issu d’un partenariat avec France Télécom est un système de captation d’événements. Il permet une diffusion simultanée, consultable directement sur Internet ou Intranet des colloques, rassemblements ou réunions. Les images et les sons sont entièrement captés et diffusés en temps réel ou en différé, avec une traduction en langue des signes et un sous-titrage.
  • et d’un service de visio-interprétation qui donne accès à un interprète en langue des signes à distance par l’intermédiaire d’une connexion haut débit, d’une Webcam et d’un micro. Ce simple dispositif technique et humain, développé en partenariat avec France Telecom facilite énormément la relation entre les sourds et les entendants et permet à une administration ou à tout autre organisme de rendre accessible son accueil ou à des entreprises de mieux intégrer leurs salariés sourds. Ce service est désormais opérationnel dans une dizaine de caisses d’allocations familiales, 10 préfectures, 3 agences Assedic, ainsi que plusieurs mairies (dont celle de Toulouse et les 20 mairies d’arrondissement de Paris) Il se déploie également dans des entreprises privées pour permettre aux personnes sourdes de pouvoir accéder au téléphone et/ou de pouvoir disposer d’un interprète pour discuter avec un collègue de travail sans besoin de réservation a priori.

En tant que coopérative, WebSourd à pour vocation de réunir des partenaires concernés qui agissent ensemble. À ce titre WebSourd, réunit une centaine de personnes sourdes individuelles qui ont pris des parts dans la société, mais réunit également des partenaires financiers et industriels qui sont également présents dans son capital. (FNMF, MACIF, Mairie de Toulouse, Chèque déjeuner, FNSF, URSCOP, INSITE, INTERPRETIS, IRIS, NUANCES DU SUD, Cigale COUP DE POUCE, FRANCE ACTIVE, IES, AEROCONSEIL SA, CAISSE D’EPARGNE, SANOFI AVENTIS).

Par ailleurs la vocation de WebSourd est de répondre aux besoins fondamentaux des citoyens sourds et la demande est très forte aujourd’hui pour des réponses « personnelles » ou « a domicile ». WebSourd envisage donc de connecter ses ressources d’interprétation éprouvées et opérationnelles sur un système permettant d’accéder au service à domicile, ou a partir de terminaux mobiles (portables, etc.). Des partenariats sont envisagés dans ce contexte pour s’appuyer sur d’autres plate-formes technologiques ainsi qu’une organisation de service permettant de répondre aux besoins d’individus et non plus d’entreprises ou de services publics ou de collectivités (adaptation de la commercialisation, de service après-vente etc …). RISP est déjà partenaire de WebSourd sur le service de colloques accessibles et pourrait compléter une offre d’interprétation en ligne par des services de transcription écrite dans le cadre d’un centre relais. »

Evelyne Hamon, gérante de la société Système RISP

« La société Système RISP assure le sous-titrage en temps réel de communications orales, dans le cadre de colloques, congrès, tables rondes, réunions et journées d’étude, rendant ces manifestations accessibles au public déficient auditif en retransmettant simultanément les communications orales par écrit sur écran. Les personnes sourdes et malentendantes peuvent alors suivre les débats sans difficultés.

Ces services sont rendus possibles grâce à l’utilisation par des professionnels, dûment formés, de l’outil principal de Système RISP, le Velotype, clavier de saisie rapide et orthographique.

Cette prestation se réalise sur site, mais également à distance (visiovélotypie), par le biais d’une liaison ADSL. »

3-2 – Les nouveaux outils de communication

Avant même qu’ils deviennent un outil de communication répandu, les publics de personnes sourdes s’étaient approprié les SMS dans leur vie quotidienne, allant même jusqu’à faire exploser leur facture de téléphone tant les SMS devenaient un moyen par défaut de remplacer une communication téléphonique. Mais on ne converse pas par SMS avec n’importe qui… De la même manière, les messengers de type MSN ont également fait une entrée fracassante dans les foyers de personnes sourdes. De façon ponctuelle, la possibilité offerte maintenant par les trois principaux opérateurs mobiles d’envoyer des SMS sur des téléphones fixes pour qu’ils soient convertis vocalement peut dépanner. La 3G permet aujourd’hui de dialoguer en vidéo de portable à portable et intègre progressivement le quotidien des personnes communiquant en Langue des Signes par exemple. Notons ici que des forfaits aux prix étudiés sont proposés aux clients sourds pour qu’ils accèdent plus facilement aux outils qui leur correspondent le mieux. Enfin, dernier venu sur le terrain : Spinvox et la conversion écrite des messages vocaux.

Jérôme Leblanc, Spinvox France

« SpinVox a rassemblé les deux méthodes de communication les plus populaires, la voix et le texte, créant ainsi une nouvelle forme de messages, les messages vocaux que vous pouvez lire. SpinVox travaille actuellement avec des opérateurs de télécommunications dans le monde entier et avec les plus grands acteurs du monde de la messagerie afin de permettre l’introduction de conversion de voix en texte dans les applications liées à nos vies quotidiennes, telles que les SMS et la messagerie instantanée.

En utilisant SpinVox, les opérateurs de télécommunications voient leur trafic voix et texte augmenter de plus de 12% impactant ainsi directement à la hausse leurs deux activités les plus rentables. SpinVox est actuellement déployés par les principaux opérateurs de télécommunications fixes et mobiles en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Asie et en Australie où le service est disponible en anglais, en espagnol et en français en attendant les futurs services en allemand et en italien en 2007.

Quant à notre démarche en France, elle est essentiellement orientée vers les opérateurs de télécommunications fixes (incluant la Voix sur IP) et mobiles. Notre offre s’oriente vers les utilisateurs professionnels, une partie du grand public et les personnes présentant des handicaps sensoriels. »

À l’instar des associations britanniques représentatives des publics de personnes sourdes ou malentendantes, l’UNISDA a justement engagé un partenariat avec Spinvox pour permettre à plusieurs centaines de personnes sourdes de tester ces services pendant plusieurs semaines et accompagner Spinvox dans la définition de ses objectifs de qualité. Notons ici que les premiers tests sont particulièrement concluants et les premiers bénéficiaires unanimement enthousiastes.

Malgré tout leur intérêt pour l’autonomie des personnes sourdes ou malentendantes, ces outils ne permettent pas l’accessibilité en temps réel d’une communication téléphonique avec une personne entendante.

Retour sur Centres relais : Recueil de contributions et préconisations de l’Unisda