Urgences : témoignages

Extraits du rapport de l’Unisda sur l’accessibilité téléphonique, novembre 2006 :

Des mises en danger

Jessica, 24 ans : « Un soir, il y a quelques années, alors que j’étais toute seule dans le pavillon de mes parents, le salon a pris feu. J’ai foncé sonner chez le voisin pour lui demander d’appeler les pompiers. Il a d’abord eu du mal à me comprendre, il a ensuite voulu venir vérifier, sans oublier d’emmener son chien, il a dû faire le tour de la maison pour constater qu’il y avait réellement le feu et rentrer chez lui pour appeler les secours. Si j’avais pu téléphoner moi-même, cette perte de temps aurait été évitée, peut-être que la maison n’aurait pas été entièrement détruite… »

Armelle, 68 ans : « Une nuit, mon mari est mort dans notre lit. J’ai dû appeler mon fils entendant à 5 heures du matin pour qu’il vienne et comprenne la situation pour appeler les secours. J’aurais préféré qu’il ne voie pas son père ainsi. »

Anne-Marie, 40 ans : « Un jour, j’ai été prise de douleurs. J’ai demandé à mon fils de 11 ans d’appeler pour moi mon médecin. Le pauvre, il était tellement ému de me voir dans cet état qu’il n’arrivait pas à parler au téléphone ! »

Ariane, 32 ans : « Un jour, ma voiture a pris feu et j’ai dû me garer sur le côté de la route. J’ai dû appeler mon père par SMS au secours pour qu’il appelle mon assureur (j’ai du lui expliquer où téléphoner, donner mon numéro de cotisation, etc…). En retour, c’est l’assureur qui a appelé mon père pour qu’il me transmette la référence du sinistre. J’ai appelé aussi mon frère, toujours par SMS, pour qu’il vienne me chercher. Quand la dépanneuse est partie avec ma voiture, je ne savais pas où elle était, j’ai dû demander à mon père (encore !) pour qu’il rappelle l’assurance pour connaitre le garage où était emmenée ma voiture. Mon frère (qui est sourd) m’a ramenée chez moi… J’étais dans tous mes états, j’échappe à un accident de voiture qui aurait pu être grave et je me casse la tête pour un simple téléphone avec mon assureur !!!! Tiens, il ne faut pas oublier de demander à mon père d’appeler le garage ensuite… »

Pierre, 74 ans : « J’ai été victime d’une crise cardiaque. Ma femme, qui est sourde aussi, est sortie frapper à la porte des voisins pour leur demander d’appeler le SAMU. Les premiers n’ont pas ouvert leur porte, sans doute par peur… »

Retour à l’accueil du dossier