Actes de maltraitance au sein de l’Institut Gustave Baguer, les associations représentant les enfants sourds et leur famille réagissent

Le 5 avril 2021, un article de Mediapart a dénoncé une situation inacceptable au sein de l’institut Gustave Baguer d’Asnières-sur-Seine (92), situation subie par les enfants et adolescents sourds accueillis, leur famille et les professionnels qui les accompagnent.

Au-delà de cet article, le témoignage direct de professionnels actuellement en poste ou ayant quitté l’institut depuis 2019, amène l’ALPC, la Fédération ANPEDA, l’ANPES, la FNSF (ayant déjà fait un communiqué de presse le 7 avril), Unanimes et l’UNAPEDA à réagir et à alerter les pouvoirs publics à travers un courrier adressé à la Secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées, au Ministre de la Santé, au Secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles et à la Ministre déléguée en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances

Nous ne pouvons rester indifférents devant les souffrances présentes causées par cette situation et ne pas être inquiets quant à leur impact délétère sur l’avenir de ces enfants : mal-être, détresse psychologique, perte de confiance en soi, non prise en compte de leur choix linguistique, non-respect de leurs droits… L’intégrité de ces enfants et adolescents est en jeu, leurs droits et ceux de leurs familles sont bafoués, les conséquences en sont très lourdes.

La Convention internationale des droits des personnes handicapées rappelle que « les États Parties prennent toutes mesures nécessaires pour garantir aux enfants handicapés la pleine jouissance de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales, sur la base de l’égalité avec les autres enfants » (Article 7) et garantissent « le droit de ne pas être soumis à l’exploitation, à la violence et à la maltraitance » (article 16).

La France, signataire de cette convention, ne peut rester silencieuse face aux actes commis au sein de l’Institut Baguer et laisser sur le chemin des enfants et des familles en souffrance avérée.

Par la présente, nous, fédérations et associations représentant les enfants sourds et leur famille, demandons que soit engagée au plus vite une enquête auprès de l’organisme de tutelle et de l’Institut Baguer pour faire toute la lumière sur ces actes graves. Il est indispensable que de telles situations aujourd’hui connues ne se reproduisent plus et soient fermement condamnés, et que des actions soient rapidement menées afin d’assurer à chaque enfant sourd accompagné par un service ou un établissement médico-social, sécurité et bientraitance tout en garantissant le respect de ses droits.

Signataires : l’ALPC, la Fédération ANPEDA, l’ANPES, la FNSF, Unanimes et l’UNAPEDA